Thierry De Putter, Christina Karlshausen, « Pierres de l’Égypte ancienne Guide des matériaux de l’architecture, de la sculpture et de la joaillerie »

Safran cea20

Thierry De Putter, Christina Karlshausen, « Pierres de l’Égypte ancienne Guide des matériaux de l’architecture, de la sculpture et de la joaillerie », Safran, Bruxelles, 2022

 

Pierres de l’Égypte ancienne est un livre indispensable aux égyptologues, aux historiens de l’art et à tous ceux qui souhaitent identifier les matériaux de l’architecture, de la sculpture et de la joaillerie pharaoniques.

 

Guide pratique, il fournit des descriptions et des critères d’identification des roches et minéraux et présente une très riche sélection d’œuvres illustrées, issues des grandes collections internationales, permettant de visualiser l’aspect des matériaux mis en œuvre sur près de 3500 ans.

 

L’ouvrage offre aussi un point de nos connaissances sur la lexicographie des minéraux et sur leur utilisation dans l’art, mettant en lumière leur diversité, mais aussi les règles qui président à leur usage dans l’Égypte ancienne.

Éditeur : Éditions Safran

Collection, volume  : Connaissance de l'Égypte ancienne (CEA), 20 (Mars 2022)

   

Claude Obsomer, « Le récit du Naufragé. Texte, traduction et interprétation »

Safran teg02

Claude Obsomer, « Le récit du Naufragé. Texte, traduction et interprétation », Safran, Bruxelles, 2021

 

 

Un narrateur anonyme entreprend de raconter ses aventures en mer Rouge, lorsqu'il fut rejeté après un naufrage sur une île mystérieuse, repère d'un Serpent gigantesque.

 

Le papyrus n° 1115 du musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg est la source unique attestant le récit du Naufragé. Ce texte littéraire du Moyen Empire compte parmi les plus étudiés dans les cours universitaires et associatifs, depuis la première édition publiée en 1906 par Wladimir Golénischeff (1856-1947). L'abondante bibliographie peut donner l'impression que tout a été dit à propos de ce texte réputé bien connu, mais des études récentes permettent de mieux saisir de nos jours le sens de l'œuvre, les clés les plus importantes se situant dans le sens à conférer au terme khénou (col. 3) et dans l'interprétation de Inek pou « C'est moi » (col. 89).

Éditeur : Éditions Safran

Collection, volume  : Collection Textes égyptiens (TEG), 2 (septembre 2021)

   

« Les études orientales à l’Université de Louvain depuis 1834. Hommes et réalisations »

Safran Louvain

Cet ouvrage retrace le parcours, depuis 1834, des grands chercheurs et enseignants dans le domaine de l’orientalisme à l’Université de Louvain (Belgique). Citons Jean-Théodore Beelen qui restaure l’ensei­gne­ment des langues orientales en théologie, son confrère Félix Nève, notamment précurseur de l’indianisme, Charles de Harley, fondateur de la revue Le Muséon et leurs nombreux successeurs.


Le lecteur y découvrira une histoire riche en rebondissements des hommes et de leurs réalisations qui s’inscrivent dans le cadre d’une grande tradition remontant à la fondation du Collège des Trois Langues en 1517.


Un index des noms de personnes citées complète l’ouvrage.

 

En 2017, nous avons fêté le 500e anniversaire de la mort de Jérôme de Busleyden, mieux connu des humanistes sous le nom de Hieronymus Buslidius. Il était né à Arlon, au Duché de Luxembourg, vers 1470, et s’illustra comme un grand humaniste : ami d’Érasme et de Thomas More, il est à l’origine de la fondation à Louvain, au sein de l’Université, du Collegium Trilingue, aussi appelé Collegium Trium Linguarum, Collegium Buslidianum, en néerlandais de l'époque Collegie der Dry Tonghen, ou plus simplement dit Dry Tonghen. Le Collège (dont une partie du bâtiment subsiste à Leuven) fut inauguré en septembre 1518.

 

La Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven) et l’Université catholique de Louvain (UCLouvain), toutes deux héritières de Studium generale Lovaniense supprimé en 1797 par le Régime français, ont choisi de fêter, chacune à leur manière, cet anniversaire : la première, avec une exposition accompagnée de deux ouvrages sur le collège d’Ancien Régime ; la seconde, par l’organisation d’un colloque consacré à la restauration et aux développements ultérieurs de la tradition orientaliste au sein de de l’Université catholique « restaurée » par les évêques belges à Malines en 1834 dans le cadre de la liberté constitutionnelle d’enseignement et transférée à Louvain l’année suivante. Ce sont les contributions présentées à cette occasion, qui font l’objet du présent recueil d’études, auxquelles s’ajoutent l’un ou l’autre texte permettant de compléter le tableau d’ensemble ainsi offert. En un diptyque. Le premier tableau (Parcours historique) s’attache à présenter un panorama de l’enseignement et de la recherche dans le domaine des études orientales depuis près de deux siècles. Le second (Éclairages particuliers) se focalise sur quelques points qui, parmi d’autres, méritent d’être mis en lumière, comme par exemple la tradition louvaniste d’édition de textes scientifiques inaugurée par Adolphe Rome (1889-1971).

 

Sous la dir. de Luc Courtois

Éditeur : Éditions Safran

Collection, volume  : Collection Histoire (HIST), 12 (MAi 2021)

   

« Archiver, conserver et collectionner en Orient. Alexandre Tourovets in memoriam. »

AOB33 Kheper

[Fr] En 1962, Armand Abel commença à organiser les "Journées" annuelles qui réunissent les membres autour d'un thème intéressant toutes les disciplines de l'orientalisme. La revue Acta Orientalia Belgica en publie les communications. La Société Royale Belge d'Études Orientales (S.R.B.É.O.) accueille en son sein tous les chercheurs spécialistes des diverses disciplines de l'orientalisme : égyptologie, assyriologie, études bibliques, islamologie, indianologie, études extrême-orientales, slavistique, etc. Elle est aussi ouverte aux simples amateurs passionnés par les choses de l'Orient ancien et moderne. Son activité est donc à la fois savante, pluridisciplinaire et tournée vers le grand public cultivé.

 

[En] In 1962, Armand Abel started to organize the 'Journées', an annual meeting that brings together members to discuss pointed themes concerning Orientalism. The Journal Acta Orientalia Belgica publishes all the communications. The Royal Belgian Society of Oriental Studies welcomes researchers specialized in various disciplines related to Orientalism: Egyptology, Assyriology, Biblical studies, Islamology, Indianology, Far-Eastern studies, Slavistic, etc. The Society is also open to amateurs with deep interest and passion for the Orient, both ancient and modern. Its activities are therefore learning, multi-disciplinary and is geared toward the large cultivated public.

 

sous la dir. de Christian Cannuyer et Marianne Michel, xxxi + 387 pages.

Éditeur : Société Royale Belge d'Études Orientales (SRBEO), Bruxelles.

Collection, volume : Acta Orientalia Belgica (AOB) XXXIII (20 mars 2020)

     

« Antiquités égyptiennes de la Préhistoire à la Basse Époque. Catalogue du Musée éducatif d’antiquités de la Faculté des lettres de l’Université d’Alexandrie 2 »

Études Alexandrines Vol.48 Kheper

Antiquités égyptiennes de la Préhistoire à la Basse Époque. Catalogue du Musée éducatif d’antiquités de la Faculté des lettres de l’Université d’Alexandrie 2

 

(ISBN : 978-2-490128-08-2)

 

sous la dir. Abdul Wahid, Rania ; Bruwier, Marie-Cécile ; Gauthier, Nicolas ; Haggag, Mona ;
242 pages et 65 planches en couleur.

Éditeur : Editions de Boccard, Paris
Collection, volume : Études Alexandrines, 48 (Centre d'Etudes Alexandrines (CEAlex), Alexandrie)

Lire la suite...

« De la mère du roi à lépouse du dieu | Von der Königsmutter zur Gottesgemahlin »

safran cea18

« De la mère du roi à lépouse du dieu | Von der Königsmutter zur Gottesgemahlin »

 

Présentation du livre : http://www.safran.be/proddetail.php?prod=CEA18

 

 De la mère du roi à l’épouse du dieu

Première synthèse des résultats de la fouille du temple de Touy et de la tombe de Karomama
Actes du colloque international « De la mère du roi à l’épouse du dieu »
Université Catholique de Louvain, 14 mai 2016

 

Von der Königsmutter zur Gottesgemahlin
Erste Synthese der Ausgrabungsergebnisse des Tempels von Tuja und des Grabes von Karomama
Akten der internationalen Tagung „De la mère du roi à l’épouse du dieu“
Université Catholique de Louvain, 14. Mai 2016

 

Collectif, sous la dir. de Benoît Lurson

    

Laura Parys, « Le récit du Papyrus Westcar. Texte, traduction et interprétation »

Teg1

Laura Parys, « Le récit du Papyrus Westcar. Texte, traduction et interprétation », Safran, Bruxelles, 2017

 

Le Papyrus Westcar conserve l’un des textes majeurs de la littérature de l’Égypte ancienne. Son récit commence au palais du roi Chéops, où des prodiges de magiciens sont contés ou accomplis devant le roi. Il se poursuit à Sakhébou avec la naissance merveilleuse des trois premiers rois de la Ve dynastie.

 

Alors qu’il est de coutume de considérer le Papyrus Westcar comme une anthologie de contes, cet ouvrage écarte résolument cette approche et argumente en faveur de l’unité que constitue le récit. Il se fonde sur l’hypothèse selon laquelle l’ensemble du récit graviterait autour de la glorification des futurs rois de la Ve dynastie afin d’asseoir leur légitimité au trône. La date de composition du Papyrus Westcar est examinée dans le cadre d’une analyse intertextuelle avec la Prophétie de Néferty.

 

L’ouvrage inclut une transcription hiéroglyphique du texte du Papyrus Westcar, qui a été mise à jour sur la base des études les plus récentes. Cette transcription, qui met en évidence la structure grammaticale du texte, est accompagnée d’une traduction personnelle et de commentaires philologiques. L’auteur approfondit l’analyse littéraire du Papyrus Westcar en vue d’en donner son interprétation innovante et dûment argumentée. Un lexique des termes égyptiens et une bibliographie concluent l'ouvrage.

Éditeur : Éditions Safran

Collection, volume  : Collection Textes égyptiens (TEG), 1 (2017)

   

« Dieux, génies et démons en Égypte ancienne. À la rencontre d'Osiris, Anubis, Isis, Hathor, Rê et les autres ... »

Mariemont dieux catalogue

« Dieux, génies et démons en Égypte ancienne. À la rencontre d'Osiris, Anubis, Isis, Hathor, Rê et les autres ... »

 

(21 mai 2016 –  20 novembre 2016)

 

L’exposition tentera de répondre à ces questions : Qu’est-ce qu’un dieu ? Que cache réellement le mot égyptien désignant un dieu ? Pourquoi choisir de représenter des divinités tantôt humaines, tantôt animales ou hybrides ? Des grands dieux mais aussi des puissances anonymes (ce qui ne veut pas dire inconnues), des forces diffuses aux traits flous, des entités non-identifiées, des dieux objets, des personnifications de concepts – autant de tentatives d’explication métaphorique de l’univers et des phénomènes naturels. Quelle place occupent alors les génies et les démons ? Dans cette lutte entre le Créé organisé et le Chaos, quels rôles jouent-ils ?

Éditeurs : Somogy éditions d'art, Paris & Musée royal de Mariemont, Morlanwelz (mai 2016)

   

De la Nubie à Qadech / From Nubia to Kadesh - La guerre dans l'Égypte ancienne / War in Ancient Egypt

CEA17

De la Nubie à Qadech / From Nubia to Kadesh

La guerre dans l'Égypte ancienne / War in Ancient Egypt

 

Collection Connaissance de l'Égypte ancienne 17),
Safran, Bruxelles, 2016.

 

Dans le contexte des commémorations de la Grande Guerre et de la bataille de Waterloo, il a paru intéressant de revisiter le thème de la guerre dans l'Égypte ancienne en rassemblant dans ce livre les résultats essentiels des communications présentées à l'Université catholique de Louvain fin 2014 et début 2015.

 

Les études rassemblées dans ce livre offrent sur le thème une variété d'approches, associant les sources textuelles et iconographiques. Les unes s'emploient à décrire les opérations menées à l'extérieur par les Égyptiens, tant en Nubie qu'au Proche-Orient. Les autres s'intéressent aux armées étrangères qui cherchèrent à s'installer en Égypte, avec succès ou non. Les souverains concernés sont Touthmosis III, Ramsès II, Ramsès III, Piânkhy et Psammétique II. Les villes orientales qui retiennent spécialement l'attention sont Gaza, Megiddo, Beth Shan et Qadech.

Éditeur : Éditions Safran

Collection, volume  : Connaissance de l'Égypte ancienne 17 (mai 2016)

   

Marianne Michel, « Les mathématiques de l'Égypte ancienne. Numération, métrologie, arithmétique, géométrie et autres problèmes »

Couverture Mathématiques

Marianne Michel, « Les mathématiques de l'Égypte ancienne. Numération, métrologie, arithmétique, géométrie et autres problèmes », Safran, Bruxelles, 2014

 

Que nous ont légué les textes des scribes mathématiciens et quelles sont les spécificités de « leurs » mathématiques ?

Les nombreux problèmes et extraits analysés relèvent du corpus mathématique de base datant du Moyen Empire mais également de documents administratifs et de documents plus récents tels les papyri démotiques. Ce que ces textes nous enseignent dépasse parfois le cadre purement mathématique en donnant des indications sur les valeurs marchandes de produits ou services, les montants de certains salaires ou taxes, les prévisions d’un chantier, la construction d’éléments architecturaux, la gestion des récoltes et du bétail ou la fabrication de la bière.

 

Rigoureusement scientifique, ce livre se veut aussi pédagogique. La plupart des textes égyptiens sont accompagnés d’une copie hiératique et d’une transcription hiéroglyphique et de nombreuses figures illustrent le propos.

Au fil des chapitres, le lecteur pourra notamment découvrir une nouvelle cartographie du papyrus Rhind, un aperçu de l’écriture hiératique, une explication des opérations de base et un exposé des systèmes de grandeurs utilisés. Les problèmes d’arithmétique traitent de recherches de quantités inconnues, de calculs de racines carrées, de progressions arithmétiques; les problèmes de géométrie proposent des calculs d’aires, de volumes et d’inclinaisons. En outre, les annexes comprennent un lexique des termes mathématiques rencontrés.

Éditeur : Éditions Safran

Collection, volume  : Connaissance de l'Égypte ancienne, 12 (14 octobre 2014)