Cycle de conférences de Louvain-La-Neuve

Collectif EGYP Puzzle 940 bandeau

Séances : les lundis de 20h à 21h30
Q1, 2020 : 05 octobre ; 09 novembre ; 07 décembre
Q2, 2021 : 1er février ; 1er mars ; 29 mars ; 03 mai


05/10/2020 Daniel Malnati Le papyrus d'Hounefer
 

Dernière étape d’un long processus de textes funéraires qui accompagnent le défunt dans son voyage post mortem, avec les textes des pyramides pour se poursuivre par ceux des sarcophages, les papyrus funéraires, communément appelés “livres des morts”, sont désignés par leur appellation d’origine, “livres de sortir au jour” depuis la 18ème dynastie.

Apparus durant la seconde période intermédiaire, ces livres sont enrichis de vignettes, à la différence des recueils précédents. Très fragiles, ils ne sont pas toujours exposés dans leur entièreté et leur qualité, leur longueur, leur état de conservation sont très aléatoires. Le British Museum possède trois de ces recueils funéraires parmi les plus célèbres et les mieux conservés au monde. Parmi eux, le papyrus d’Hounefer mérite une attention spéciale et des récentes études ont démontré son importance dans le rituel de la mise au tombeau. Ces livres de sortir au jour influenceront également l’iconographie des tombes tant royales que des particuliers.

09/11/2020 Julie Stevens
Le tekenou et son implication dans les rites funéraires de l'Égypte ancienne
 

Le tekenou est un élément iconographique mystérieux. Uniquement attesté dans les tombes des notables depuis l’Ancien Empire jusqu’à la Période Saïte, il n’apparait que dans les scènes funéraires et semble être associé aux restes du défunts et à sa renaissance dans l’au-delà, mais sa fonction précise reste difficile à identifier avec certitude. Dans ces scènes funéraires, le tekenou est représenté soit anthropomorphe, de façon explicite ou suggérée, soit sous la forme d’une figure piriforme. Il est systématiquement associé à un linceul, souvent décrit comme fait de peau animale (mskA) et qui l’enveloppe partiellement ou intégralement. Sa représentation est parfois accompagnée d’une courte formule permettant de l’identifier comme tel. Cependant, l’absence systématique de déterminatif au mot tknw, ainsi que son absence des différents corpus funéraires, représentent une grande difficulté pour approcher sa signification et sa fonction. La question de l’origine du tekenou est, elle aussi, épineuse et plusieurs éléments manifestent son ancienneté, le rattachant aux rites funéraires prédynastiques et protodynastiques.

07/12/2020 Léna Pleuger
L’union d’Osiris et de Rê dans les livres funéraires
 

Le mystère de la course nocturne du soleil et de sa régénération quotidienne a fasciné les anciens Égyptiens, qui ont cherché, dès l’Ancien Empire, à comprendre et à expliquer ce phénomène journalier. Ils ont ainsi tenté d’éclairer le mystère le plus insondable de la religion égyptienne, la capacité du soleil à passer d’un état de corps mort à celui d’un corps en pleine capacité de renaissance, grâce au mythe de l’union d’Osiris et de Rê. Cette thématique ancienne est largement présente dans les différents livres funéraires royaux et privés, aussi bien dans le Livre des Morts que dans les grandes compositions royales de la Vallée des Rois.

01/02/2021 Marie-Marcelle Galitzine Égypte chrétienne : quelques monastère, fresques et icônes
 

Au Caire, le quartier copte comprend plusieurs églises et un très beau musée où on trouve des fresques du monastère de Baouit et du monastère saint Jérémie à Saqqara. Dans le centre du Caire on a construit récemment la cathédrale Saint Marc, le quartier de Zeitoun garde en mémoire le passage de la sainte famille lors de la fuite en Égypte avec une église où un miracle aurait eu lieu, et au sommet de la colline des chiffonniers existe une vaste église (3.000 places) creusée dans le roc.

Entre Le Caire et Alexandrie, un moine copte a fondé un centre interreligieux appelé Anaphora, et la dépression du Wadi Natroun garde 4 monastères (ouverts aux touristes) des 50 qui peuplaient la région précédemment.

Je vous propose quelques images de cette Égypte-là …

01/03/2021 Marine Libert Jean Capart et Touthânkhamon, une histoire Belge
 

---

29/03/2021 Marianne Michel Le « Panorama » du Caire, un spectacle et une histoire belge
 

Le peintre belge Émile Wauters (1846-1933) reste deux mois en Égypte où il peint quelque 70 études et accumule des documents sur ce pays. De retour en Belgique, avec l'aide de quelques amis et élèves, il réalise en 1880 et 1881 en moins d’un an un immense panorama d'une longueur de 114 mètres intitulé Le Caire et les rives du Nil.

Un panorama est une peinture à 360 degrés de grande dimension, dont la production s'étend essentiellement entre la toute fin du XVIIIe et le début du XXe siècle, développée sur le mur intérieur d'une rotonde et donnant l'illusion de la réalité par des effets de perspective et de trompe-l’œil.

Nous nous intéresserons également au bâtiment qui a abrité le panorama du Caire de Wauters : ancien pavillon oriental de l’Expo universelle de 1897 du Parc du Cinquantenaire, devenu ensuite la grande mosquée de Bruxelles.

03/05/2021 Daniel Malnati Deir el Medineh : Nakhtamon, Amennakht, Nebenmaât et Khaemteri
 

---

Antenne de LLN - Chapelle Notre-Dame de Bonne-Espérance - Parvis de la Cantilène - B - 1348 Louvain-La-Neuve

Participation aux frais :  Non-membres, 7 € ; Membres, étudiants, réductions, 5 €